CYANOTYPIE

La cyanotypie est une technique de reproduction proche de la photographie (voir l’article de wikipedia).Hier Franck de l’association « Bouge ta gouge »  est très gentiment venu nous faire une petite démo à l’atelier. L’occasion pour nous d’imprimer notre petite carte de vœux pour cette nouvelle année 2019 !
Retrouver les détails du procédé expliqués sur le blog de Bouge ta gougeNous avions imprimé notre motif sur un transparent :

typon
Typon

Franck était de son côté venu avec des feuilles de papier aquarelle imprégnées de citrate de vert ammoniacal et de ferricyanure de potassium, (rendant les feuilles sensibles au UV).
Pour réaliser l’insolation, nous avons placé dans un cadre photo, le transparent et le papier sensibilisé. Attention à ce que tout soit bien plaqué afin d’éviter les effets de flou.

sous_cadre
Cadre prêt pour l’exposition au UV

Pour transférer l’image sur le papier, il suffit alors d’exposer l’ensemble aux UV. Seules les parties non imprimées du transparent laisseront passer les UV qui feront réagir les produits contenu dans la feuille.

Pour cela Franck a récupéré une lampe et percer une cagette plastique de marché. Exposition 8min.

insolation
Insolation à la lampe

Il ne reste alors plus qu’à rincer à l’eau froide le papier (laisser plusieurs minutes en retournant la feuille et en changeant l’eau quand elle devient trop bleue).
Dans une nouvelle eau ajouter un peu de vinaigre blanc pour stopper la réaction.
Puis dans une nouvelle eau ajouter un peu d’acide chlorhydrique (pour supprimer le jaune).
Enfin rincer à l’eau clair dans au moins quatre bains.

rincage
Fixation et rinçage

On obtient un beau tirage monochrome bleu. Les détails sortent plutôt bien et cela fait de beaux aplats uniforme.

impressions2019

Apparemment il existe aussi une variante de la technique utilisant des végétaux les anthotypes (A tester prochainement !)

Encore un gros Merci à Franck pour cette superbe séance de découverte !

Nous vous souhaitons une bonne année 2019 !

 

Publicités

Un exemple d’Imprimé populaire : les journaux de tranchées

Voici une petite synthèse sur les journaux de tranchées accompagnée d’une liste de ressources (numériques ou sur papier) bien fournie. 

Lire la suite « Un exemple d’Imprimé populaire : les journaux de tranchées »

20/10/2018 : initiation à la gravure en Bosse DIY sur polyester

banniere_barabulle_polyester2

Comme les imagiers populaires du XVIIIe siècle, qui copiaient des images pour les diffuser, cet atelier vous propose de réinterpréter une photo en gravure DIY. Chaque participant choisit une photo, l’adapte, puis la grave sur une plaque de mousse polyester et l’imprime en plusieurs exemplaires. Dans la tradition des imagiers, chaque exemplaire est ensuite mis en couleur avec un pochoir.Chaque participant repartira avec l’ensemble des productions sous forme de port-folio.

Cet atelier a pour but la découverte de la technique et l’apprentissage de trucs et astuces pour pouvoir faire chez soi sans matériel spécifique.

Atelier aura lieu le samedi 20 oct 2018 de 16h à 18h au bar à bulles (paris 18)

Participation sur inscription ici . 10 euros (à régler sur place)

 

Frotter pour reproduire

estompage
Le titre de cet article est un peu trompeur : il ne s’agit pas uniquement de Brass Rubbing (de l’anglais, frottage sur laiton), mais de frottage en général. Tous les enfants s’amuse à reproduire l’empreinte d’une pièce à l’aide d’un crayon à papier. Les aspérités du relief ou du creux font des zones plus densément marqué par la mine. Le motif de la pièce apparait alors sur le papier. Cette technique de reprographie fait sans doute partie des plus anciennes au monde et pourtant, on ne trouve presque rien sur ses utilisations.

Le frottage, ou frottis ou encore estampage, nous semble être tellement une technique rudimentaire, que les amis de l’Imprimé Populaire ne pouvaient l’ignorer. Les rares mentions de son utilisation finissent de nous convaincre qu’il s’agit d’une pratique populaire qui vise à la (ré)appropriation de motifs servant à décorer des bâtiments (principalement) religieux.

En Grande-Bretagne, la pratique est connue et est même, semble-t-il, très répandu. Les églises de ce pays réglemente le frottage (ou en version originale : Brass rubbing) pour éviter de dégrader les plaques. A Londres, on peut même trouver le Brass Rubbing Centre qui met à disposition (contre quelques pièces) une reproduction de plaque mémorial et le matériel nécessaire pour la reproduire. On vous indiquera la marche à suivre pour obtenir un beau résultat.

Certains sont de vrais experts en frottage. Si vous prenez le temps de regarder les photos des pages en lien, vous verrez que les résultats peuvent être très esthétiques. C’est d’ailleurs pour décorer les maisons à moindre coût qu’on faisait ces reproductions de plaques. On peut aussi penser qu’il y avait aussi une motivation religieuse, vu que ces plaques étaient dans des églises.

Dans nos recherches, on a pu lire des allusions (notamment sur des cartels de musées ou suggéré en trois dans un mémoire) à une pratique similaire en France. Mais aujourd’hui, sur le web, impossible d’avoir des choses plus précises.

Si c’est si « underground », comment avons-nous fait pour penser à cette méthode de reprographie ? C’est en visitant la tour de l’horloge à Guines qu’on  appris que cette pratique avait un nom et qu’on a donc soupçonné qu’elle avait aussi une histoire.

En cherchant bien, on trouve rapidement les frottages de Max Ernst en 1925, mais ces œuvres nous semblent bien loin de cette année du temps jadis, agenouillée pour reproduire ce portrait de chevalier ou de Shakespeare qu’elle accrochera dans son foyer. Idem pour les artistes qui ont utiliser le relief des plaques d’égouts.

Il existe aussi une pratique de l’estampage dans le cadre de l’archéologie et de l’épigraphie. Certains passionnés font des reproductions de ces plaques pour retrouver des détails que le temps a presque effacé.

En Asie aussi, on retrouve un usage de l’estampage. Il est sans doute plus ancien grâce à l’invention plus précoce qu’en Occident du papier.

Comme vous pouvez le constater, nous n’avons pas beaucoup d’éléments historiques sur cette technique. Aussi, si toi, lecteur égaré, tu as des détails qui pourrait enrichir ce texte court, n’hésite pas : nous sommes preneurs !

Sources et liens (septembre 2018)